NOVO LIVRO DE JOSÉ GOTOVITCH SOBRE O COMUNISMO BELGA

FONTE: CArCoB

 Du communisme et des communistes en Belgique : approches critiques

Recueil d’articles,

par José GOTOVITCH

Préface de Pieter LAGROU, professeur ULB

Bruxelles : ADEN Éditions
ISBN: 9782805920240
436 pages
14 x 21 cm

Prix spécial CArCoB : 23 € (frais de port n.c.)

 José Gotovitch, né en 1940, professeur honoraire à l’Université libre de Bruxelles, a créé et dirigé de 1988 à 2005, à l’Institut de sociologie de l’ULB, le Centre d’histoire et de sociologie du communisme, et fut le directeur du CEGES pendant la même période. À la tête d’une équipe internationale, il a mené à bien le Dictionnaire biographique du Komintern (Belgique, France, Luxembourg, Suisse), Éditions de l’Atelier, 2001, fruit de multiples séjours de recherches dans les archives du Komintern à Moscou. Il préside le Conseil scientifique du Centre des Archives communistes en Belgique (CArCoB).

Les communistes en Belgique ont joué, jusqu’en 1989, un rôle intermittent mais continu, par leur action positive, mais aussi par la pression virtuelle que leur existence induisait tant au sein de l’appareil d’État que chez leur « plus proche ennemi », la social-démocratie. Bien entendu, cette persistance doit beaucoup à leur nature représentative d’un mouvement mondial et au soutien d’une direction internationale incarnée successivement par la IIIe Internationale et l’URSS.

 Mais il ne manqua jamais de militants qui engagèrent leur vie dans ce chemin sans valorisation autre que leurs convictions, sans récompenses autres qu’une mise en danger de leur avenir, de leur bien-être, de leurs proches, et parfois de leur vie. Comprendre ce qui pouvait les motiver, comprendre la force de cet engagement, malgré tout, à travers tout, a constitué l’un des moteurs de mes recherches sur le communisme belge et principalement sur les communistes.

TABLE DES MATIÈRES

Préface, 5

Avant-propos, 9

En guise d’introduction

  • •·   À la recherche d’une historiographie du Parti communiste de Belgique, 13

Première Partie : Synthèses, rapports avec l’Internationale communiste et les « partis frères »

  • •·   Qu’est-ce que le Parti communiste de Belgique ? À quoi a-t-il servi ? Quelques propositions pour en comprendre l’histoire et la signification, 41
  • •·   Les « organisations de masse » de l’IC en Belgique, première approche, 59
  • •·   Albert Marteaux : les rapports avec l’Internationale communiste, 71
  • •·   Le grand frère (Les relations PCB/PCF), 83
  • •·   Les Kominterniens des pays de langue française, 95

Deuxième partie : Le PCB, acteur politique, social et culturel

  • •·   La peur du Rouge dans les dossiers de la justice belge : de 1919 au procès de 1923, 109
  • •·   Le Parti communiste et les élections communales 1926-1952, 125
  • •·   L’Opposition syndicale révolutionnaire et la Centrale révolutionnaire des Mineurs. Tentatives de révolution syndicale dans la Belgique d’entre-deux-guerres ?, 143
  • •·   Médecins engagés, des années trente à la Libération, 167
  • •·   Le choeur parlé communiste : du Proletkult au Théâtre populaire, 187

Troisième partie : Guerre, clandestinité, résistance

  • •·   Communisme et résistance, une approche sociopolitique, 201
  • •·   Les relations socialistes-communistes en Belgique sous l’occupation, 215
  • •·   Des « magnats capitalistes » aux « patrons patriotes ». Communistes et patronat sous l’occupation, 243
  • •·   La formation des militants dans la clandestinité en Belgique (1940-1944) : militants patriotes ou révolutionnaires ? , 263
  • •·   Partisanes et militantes : femmes communistes dans la résistance en Belgique, 283
  • •·   Un organisme clandestin d’entraide populaire :Solidarité, Croix-Rouge du Front de l’indépendance, 299

Quatrième partie : Parcours militants

  • •·   Construction et déconstruction d’un culte : le cas Edgar Lalmand, secrétaire général du Parti communiste de Belgique, 317
  • •·   Un Belge rescapé du Goulag : le parcours exceptionnel de Marc Willems, 349
  • •·   Henri De Boeck, un prolétaire au Komintern, 383
  • •·   Marcelle Leroy (1885-1979) : femme, mère, franc-maçonne, militante, et plus encore, 395
  • •·   Aloïs Gerlo, la lutte sociale et la résistance, le communiste, 419
%d bloggers like this: